Soutien de l’Ambassade à une école de Maun pour orphelins et enfants vulnérables

L’Ambassade de France au Botswana apporte son aide à un centre, à la fois accueil de jour et école maternelle, du nord du pays qui accueille des enfants orphelins ou en situation de vulnérabilité, de Maun et des villages environnants. Ce Centre « Motse wa Tsholofelo Orphan and Vulnerable Children day care », dépendant d’une ONG basée à Gaborone, apporte aux enfants qui y sont accueillis les soins, la nourriture, les activités éducatives et le soutien psycho-social dont ils ont besoin.

L’Ambassade de France a donc apporté une aide d’un montant de 17200 BWP afin d’aider cette école à continuer à se développer tout en étant en mesure de répondre aux défis matériels et financiers qu’elle rencontre. L’Ambassadeur, SE Mme Anne de la Blache, accompagnée de plusieurs membres de l’équipe de l’Ambassade, a remis le chèque lors d’une cérémonie organisée par l’école le 2 novembre 2015.

L’Ambassadeur dont c’était la troisième visite à Motse wa Tsholofelo a insisté dans son discours sur le lien direct qui existe entre l’avenir d’un pays et l’attention apportée à ses enfants. Les soins, l’éducation et l’attention dont bénéficient ici ces petits qui ont eu la malchance de démarrer dans la vie sans le confort d’un foyer chaleureux contribuent au développement du Botswana.

L’Ambassadeur a rappelé que l’engagement avec la société civile et en particulier avec ses membres les plus vulnérables était une priorité de l’Ambassade. SE Mme Anne de la Blache a remercié et félicité les fondateurs, les dirigeants et le personnel du centre pour ce qu’ils ont accompli et pour leur implication dans le développement de ce beau projet que l’Ambassade est heureuse de soutenir. L’Ambassadeur a également encouragé la direction du centre à rechercher des soutiens auprès du secteur privé pour assurer une pérennité de son activité.

Le président du Conseil d’administration de Motse wa Tsholofelo, M. Gabatshwane Kgathi a chaleureusement remercié l’Ambassade pour son soutien. M. Kgathi a insisté sur les difficultés financières rencontrées par le centre qui ne pouvait accueillir, du fait de ces contraintes, autant d‘enfants que ses espaces d’accueil le lui permettaient, en dépit d’une demande croissante et préoccupante à Maun et dans la région.

M. Kgathi a terminé en soulignant que le soutien de l’Ambassade de France donnait tout son sens au nom de l’école qui signifie le « village de l’’espoir ».

Dernière modification : 01/12/2015

Haut de page