La France candidate au Conseil des droits de l’Homme [en]

JPEG

La France a déposé sa candidature au Conseil des droits de l’Homme des Nations unies (CDH) à Genève, pour un mandat triennal du 1er janvier 2014 au 31 décembre 2016, mandat qu’elle a déjà exercé à deux reprises entre 2006 et 2011. Le Conseil, renouvelé par tiers chaque année, compte 47 Etats-membres. Il est l’organe central des Nations unies pour la défense des droits de l’Homme.

C’est dans le but de promouvoir les plus hauts standards de protection des droits de l’Homme, valeurs fondatrices de la République, que la France souhaite intégrer le CDH. L’engagement fervent de la France auprès du Haut-commissariat du Conseil est accompagné depuis sa création en 2006 d’initiatives de résolutions appelant l’attention de la communauté internationale sur les situations les plus critiques des droits de l’Homme. Ce sont en particulier les thématiques des droits des femmes, de l’enfant, ainsi que les droits civils et politiques, qui font l’objet d’une veille assidue de la France.

En tant qu’État candidat au CDH, la France attache la plus grande exigence à la situation des droits de l’Homme sur son propre territoire, comme sur le plan international. Elle s’engage à :

  • Assurer la promotion et la protection internationale de l’ensemble des droits de l’Homme.
  • Soutenir la réalisation progressive du droit à l’éducation, du droit à la santé, du droit à l’alimentation, du droit à l’eau.
  • Renforcer la mobilisation internationale en faveur du respect des droits des femmes et poursuivre son engagement en faveur des droits de l’enfant.
  • Promouvoir la liberté d’opinion et d’expression.
  • Encourager les États à lutter contre les détentions arbitraires.
  • Intensifier la lutte contre l’impunité et promouvoir le droit à la vérité et à la justice.

Dernière modification : 12/04/2013

Haut de page