Fête Nationale du 14 juillet 2020 - Discours de l’Ambassadrice Laurence Beau

Ce 14 juillet, en raison des circonstances exceptionnelles, la célébration de la Fête Nationale française aura lieu virtuellement.

Dumelang Batswana betsho ! Mes chers compatriotes,

Moletlo wa go ipelela letsatsi la bafora gompieno re o keteka ka tsela e e pharologanyo, ka ntata ya segajaja sa Covid 19, se se re tshoganyeditseng lefatshe ka bophara.

Après un an en poste en tant qu’Ambassadrice de France au Botswana, je me réjouissais à l’idée de vous accueillir tous à la Résidence de France comme c’est habituellement le cas, mais malheureusement c’est impossible cette année en raison de la situation actuelle. Nous avons donc décidé de célébrer notre Fête Nationale différemment et c’est pourquoi je m’adresse à vous aujourd’hui par le biais des réseaux sociaux.

***

Tout d’abord, je voudrais féliciter les autorités du Botswana pour leur gestion exemplaire de la crise sanitaire, les mesures de sécurité et d’hygiène ayant été rapidement mises en œuvre et bien respectées.

La France a dû prendre des décisions similaires, d’où le report de nombreux événements internationaux que nous devions accueillir cette année, comme le Sommet Afrique-France, le Congrès mondial de la nature de l’UICN et le Forum Génération Égalité.

Cette année, la célébration de la Fête Nationale est l’occasion de rendre hommage aux travailleurs de tous les services essentiels qui ont été et sont toujours en première ligne de la lutte contre le COVID-19. Je tiens à remercier tout particulièrement l’ensemble du personnel médical dont la mobilisation exceptionnelle a permis de sauver de nombreuses vies : vous avez fait honneur aux valeurs de solidarité, de fraternité et d’engagement que nos deux pays partagent et promeuvent bien au-delà des frontières nationales.

La pandémie qui fait toujours rage a mis en évidence l’interdépendance des États et des économies dans un monde globalisé. Dans un tel contexte, il est d’autant plus nécessaire d’éviter le piège du repli sur soi. La France et le Botswana sont unis pour promouvoir une réponse collective dans le cadre des institutions multilatérales.

C’est pourquoi la France s’est engagée à soutenir le Botswana dans sa lutte contre l’épidémie, tant au niveau bilatéral et que par le biais de l’Union européenne ("Team Europe"), mais aussi au niveau international en renforçant l’OMS, la GAVI et le Fonds mondial, pour développer des initiatives innovantes et ambitieuses. Dans cet esprit de coopération, nous sommes heureux que l’initiative ACT-Accelerator ait permis de réunir 9,8 milliards d’euros pour garantir un accès universel et équitable à un vaccin contre le Covid-19.

Le Botswana peut ainsi compter sur l’engagement de la France pour soutenir ses objectifs de renforcement de son système de santé et de reprise de la croissance économique par une plus grande diversification.

***

Le Botswana et la France ont toujours eu de très bonnes relations, basées sur les mêmes valeurs de démocratie, de respect de l’État de droit et des droits de l’Homme. Mon souhait est de développer davantage ces relations, en collaboration avec mon homologue de l’ambassade du Botswana en France, récemment ouverte, l’Ambassadeur Mustaq Moorad. Notre ambassade travaille actuellement sur plusieurs projets de coopération, tels que l’économie de la santé en partenariat avec l’Université du Botswana ou la lutte contre la violence sexiste avec la société civile. Notre coopération porte également sur la défense et la sécurité, l’éducation, les médias, l’archéologie et la culture.

En ce qui concerne plus spécifiquement la coopération dans la culture et l’éducation, 2020 est en effet une année particulière pour l’Alliance Française de Gaborone qui célèbre 40 ans de promotion des cultures et des langues locales et françaises au Botswana. De nombreux événements culturels ont malheureusement dû être annulés, mais l’Alliance Française s’est adaptée à la nouvelle normalité et a mis en place de nouveaux moyens d’enseignement à distance et de partage d’événements sur les réseaux sociaux.

Notre coopération s’étend également à la SADC, avec laquelle la France partage la même vision des élections démocratiques et la même volonté de stabilité et de développement dans la région, d’autant plus en ces temps difficiles. La pandémie actuelle a dramatiquement mis en avant la nécessité d’une coopération régionale, et la France félicite la SADC pour les mesures qu’elle a mises en place avec succès pour faire face aux conséquences de la crise dans la région.

Quant à la coopération économique entre la France et le Botswana, elle est solide grâce à la présence de longue date d’entreprises françaises au Botswana et au sein du France-Botswana Business Club (FBBC). J’aimerais cependant la rendre encore plus dynamique. C’est pourquoi, je continue de promouvoir les opportunités d’investissement au Botswana auprès des entreprises françaises spécialisées dans la gestion de l’eau et des déchets, les énergies renouvelables, l’agriculture et les TIC, pour ne citer que quelques secteurs.

Laissez-moi prendre un instant pour adresser un grand "merci" aux autorités du Botswana pour le précieux soutien qu’elle ont apporté à mes projets pendant ma première année de service. Je voudrais également adresser ma gratitude à mon équipe de l’ambassade et à l’Alliance Française pour le travail remarquable qu’elles ont accompli cette année en faveur de nos relations et de notre coopération bilatérales dans ces circonstances particulières et difficiles.

***

Je voudrais conclure mon discours en soulignant que la réponse collective à la crise multidimensionnelle à laquelle nous sommes confrontés ne doit pas négliger la conscience environnementale et sociale.

Investir dans la transition écologique et énergétique doit donc être un moyen pour nous de transformer cette crise en une opportunité en respectant les engagements pris dans le cadre de l’accord de Paris sur le climat et les objectifs de développement durable des Nations unies. Dans cette optique, la troisième édition du Forum de Paris sur la paix, qui aura lieu en novembre de cette année, sera consacrée à la réponse multipartite au COVID-19, tant en termes d’amélioration de notre réaction immédiate et de notre résilience que de reconstruction d’un monde plus durable. Le président Emmanuel Macron et la France sont très engagés en faveur du continent africain, de son développement et de sa stabilité. Nous espérons qu’il y aura une forte participation à ce premier sommet international.

Mes chers compatriotes, permettez-moi de vous faire part de la fierté que j’éprouve de représenter notre pays au Botswana, où la communauté française est particulièrement active et intégrée à la vie locale. Aux Français de passage et à ceux établis au Botswana, je souhaite réitérer l’engagement et le soutien du ministère de l’Europe et des Affaires étrangères, mais aussi du Consulat général de Johannesburg et des membres de cette ambassade pour répondre à vos besoins en ces temps difficiles. C’est dans ce cadre que nous poursuivons nos efforts pour rapatrier nos citoyens qui le désirent et apporter une aide financière à ceux ayant souffert d’une diminution conséquente de leur revenu. N’hésitez pas à vous tourner vers nous pour vous accompagner dans ces démarches.

***

En conclusion, j’aimerai vous inviter à porter un toast virtuel en l’honneur du peuple du Botswana et de son chef d’Etat, le Président Mokgweetsi Masisi.

Nous sortirons tous de cette crise plus forts et plus unis.

Joyeux 14 juillet à toutes et à tous.

Pula !

Vive la République ! Vive la France !

Pour visualiser la vidéo du discours original en anglais, veuillez cliquer sur le lien suivant : https://www.facebook.com/franceinbotswana

Dernière mise à jour le : 14 juillet 2020