Missions du SCAC

Missions du SCAC

Le service de coopération et d’action culturelle (SCAC) de l’Ambassade de France au Botswana, en sa qualité de relais local des acteurs français de la coopération, a pour mission première de développer les relations franco-botswanaises dans les secteurs de la culture, de l’éducation, de la recherche, de la gouvernance et de l’état de droit. A ce titre, il est un correspondant naturel pour les institutions et organismes français qui souhaitent mener des actions dans ces domaines avec des partenaires botswanais, et peut jouer à cet égard un rôle d’information, de médiation et de coordination. Il dispose aussi de moyens propres qui lui permettent de financer des programmes de coopération portant sur des thèmes considérés comme prioritaires par les deux pays.

Au Botswana, pays à revenu intermédiaire, son action s’inscrit dans le cadre de la politique française de solidarité avec les pays en développement, et obéit aux principes et aux objectifs suivants : défense du plurilinguisme et de la diversité culturelle, promotion de l’enseignement supérieur français et de la recherche universitaire, offre culturelle de qualité, solidarité avec les populations défavorisées et promotion des objectifs du Millénaire pour le développement.

Les moyens dont dispose le SCAC sont variés : bourses de courte ou longue durée, missions d’experts, d’universitaires, de chercheurs, invitations en France de nos partenaires botswanais, stages de formation, organisation de colloques et de séminaires, subventions à des opérateurs culturels locaux.

En raison de l’implantation à Gaborone du Secrétariat de la SADC, il gère également la coopération française avec cette organisation (mise à disposition d’assistants techniques et financement de projets sur la recherche agricole et la statistique), dans la mesure où l’Ambassadeur est également représentant spécial auprès de cette organisation.

L’appui au développement de la langue française au Botswana

Le service de coopération de l’Ambassade de France au Botswana a choisi de répondre à la forte demande pour le français exprimée par les autorités botswanaises, mais également par nombre d’opérateurs publics et privés établis au Botswana.

Un des objectifs principaux du Ministère de l’Education Botswanais est d’offrir progressivement la possibilité aux élèves d’apprendre la langue française dans l’ensemble des écoles secondaires du pays. C’est un défi important puisque, actuellement, le pays compte
moins de 50 professeurs de français en poste dans le secondaire public et qu’il en faudrait plus de 600 pour couvrir les besoins.

La création du poste d’Attaché de Coopération pour le Français (ACPF) en août 2007 a donc pour but de répondre à cette dynamique et de permettre d’assister efficacement le Ministère de l’Education dans le développement de cet ambitieux programme : formation initiale et continue des enseignants, rédaction des syllabus, évaluations, examens, planifications…

Dès 2006 un partenariat avec le CIEP de La Réunion avait permis d’assurer une formation de qualité à 10 enseignants botswanais (bourses d’étude de 10 mois pour l’obtention d’une licence FLE). Ce programme a été reconduit en 2007-2008 et la coopération linguistique et culturelle avec l’île est amenée à se développer.

Gaborone abritant le siège de la Communauté de Développement de l’Afrique Australe (SADC), l’application de la convention signée en novembre 2007 entre l’organisation et l’OIF, visant, entre autre, à assurer la formation en français des fonctionnaires et diplomates des pays de la sous-région qui y sont affectés, est également une des priorités de notre action.

L’Alliance française de Gaborone est aussi un opérateur central dans la politique de promotion de la langue française menée par le poste. Outre la formation des personnels de l’OIF, elle se voit confier par le SCAC la mise en œuvre des cours de français à destination des forces de police botswanaises, de l’armée (BDF), de journalistes, de personnalités et d’artistes locaux.

Dans le domaine de la langue française, l’Ambassade de France au Botswana a donc très clairement la volonté d’intensifier la démarche qualité de son action. Par ailleurs, le poste souhaite vivement participer à la création de synergies entre les différents opérateurs locaux, régionaux et continentaux par le développement de programmes de coopération et d’échanges Sud-Sud (Coopération décentralisée avec La Réunion, réseau des Alliances françaises, RECFLEA, …).

Dernière modification : 02/02/2015

Haut de page