Colloque franco-botswanais à l’Université du Botswana

Colloque franco-botswanais à l'Université du Botswana

Se tenait à l’Université du Botswana les vendredi 22 et samedi 23 février 2019 un colloque international co-organisé par l’Université du Botswana, l’Université Paris VII-Paris Diderot et l’Université Paris-Nanterre, intitulé : « race, identité et mondialisation en Afrique australe et au-delà ».

Les participants au colloque ont été invités à la Résidence de France le vendredi 22 février au soir pour un cocktail qui a permis de poursuivre les discussions dans un environnement informel et d’assurer les organisateurs du soutien de l’Ambassade à cette belle initiative.

Retrouvez ci-dessous l’intervention de l’Ambassadeur de France au Botswana en ouverture du colloque :

« C’est avec plaisir et satisfaction que je réponds à l’honneur que vous me faites de parler devant vous à l’occasion de l’ouverture du colloque franco-botswanais sur l’identité en Afrique australe.

Je me félicite de cette initiative novatrice qui, je l’espère, sera suivie d’autres, tant les échanges universitaires et les rapports entre chercheurs sont indispensables au progrès de la connaissance.

La satisfaction que je ressens résulte d’abord du fait qu’il s’agit là, à ma connaissance, du premier colloque co-organisé par des institutions universitaires botswanaises et françaises, University of Botswana, l’Université Paris VII-Paris Diderot, l’Université de Nanterre, auxquels se sont associés de nombreux centres de recherche en Afrique australe mais aussi en France.

Cette satisfaction est aussi due au nombre et à la diversité de provenance des chercheurs français présents à Gaborone pendant ces deux jours de rencontre. C’est un beau témoignage de l’intérêt que suscitent les études et la connaissance de cette région et du Botswana. J’en avais déjà eu la preuve à travers des missions archéologiques au Botswana de l’Institut français d’Afrique du Sud basé à Pretoria. J’en ai une nouvelle preuve, et combien positive, à travers la variété des spécialisations et des thèmes de recherches que vous représentez.

L’intitulé de votre colloque « race, identité et mondialisation en Afrique australe » me renvoie à mes propres études d’histoire dont la première partie fut entreprise à Paris VII précisément, et la seconde à l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences sociales.

Je me souviens avoir suivi avec bonheur l’enseignement de maîtres prestigieux comme Emmanuel Le Roy Ladurie, Pierre Vidal-Naquet, Jean Claude Schmitt, qui n’hésitaient pas à s’adresser à des étudiants de première et deuxième années. C’est là que j’ai fait l’apprentissage de l’anthropologie, de la sociologie et de l’ethnologie. C’est là que je me suis familiarisé avec quelques auteurs, comme le père fondateur Jean de Léry, et surtout Claude Levy Strauss.

En faisant un doctorat consacré aux chrétiens des Balkans à l’époque ottomane, j’ai découvert un petit livre format poche extraordinaire avec un titre d’une grande simplicité, qui a profondément marqué, par sa richesse et sa pluridisciplinarité, ma réflexion sur le sujet. Il s’agissait de « L’identité : séminaire interdisciplinaire », dirigé par le même Claude Levy Strauss au Collège de France. Un autre ouvrage du même auteur a beaucoup influencé ma réflexion, car en son temps, et comme le précédent, il avait marqué d’une pierre blanche le chemin de la tolérance. Il s’agissait de « Race et histoire ». C’est dire si je suis sensible à votre présence aujourd’hui, et je suivrai les résultats de vos échanges avec intérêt.

Je terminerai en souhaitant que votre rencontre soit fructueuse et qu’elle soit la première d’une longue série.
 »

Dernière mise à jour le : 25 février 2019
Retour en haut